Page d'accueil
Présentation
Notre leader
Programme
Galerie
Contact
Activité du Parti
Portrait d'un Opposant
Pourquoi le RPG ?
Le Manifeste du Grain
Profession de Foi du Pr. Alpha Condé
FORUM GRAIN-RPG
 

Notre leader



ALPHA CONDE, L’HOMME DU CHANGEMENT

 
 Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques (Sciences Politiques)
- Licencié en Sociologie
- Diplômé d’Etudes Supérieures (DES) de Sciences Politiques
- Docteur d’Etat en droit
ACTIVITES PROFESSIONNELLES
- Professeur à la faculté de droit et Sciences économiques (Paris I, Panthéon-Sorbonne)
- Professeur à l’Ecole supérieure des P.T.T. (Postes, Téléphone, Télécommunications)
- Responsable Afrique de la société de négoce international « Sucres et Denrées »
- Directeur général du bureau d’études économiques et financières (AFRICONSULT)
ACTIVITES POLITIQUES
- Président des Etudiants d’Afrique Noire en France (FEANF)
- Président du Rassemblement du Peuple de Guinée (R.P.G.)
- Député à l’Assemblée Nationale de Guinée de 1995 à 2002
- Candidat aux élections présidentielles de 1993 et 1998.
Publications
- "Guinée, Albanie d'Afrique ou néo-colonie américaine", Paris, Editions Gît-le-cœur, 1972. 270 pages

 
PORTRAIT D'UN OPPOSANT
 
Alpha Condé, c'est d'abord un exil d'une trentaine d’années hors de son pays, qu'il a quitté à 15 ans pour venir suivre ses études en France. Très tôt, il milite dans les mouvements étudiants, et devient l'un des plus actifs dirigeants de la fameuse FEANF, la Fédération des étudiants d'Afrique noire, qui fut pendant de longues années un creuset pour toute l'Afrique dirigeante d'aujourd'hui. Alpha Condé est à la tête du mouvement de 1966 à 1978. Parallèlement il anime en France les mouvements d'opposition guinéenne au régime de Sékou Touré: les appellations sont diverses, du Parti des travailleurs de Guinée au Mouvement national démocratique, jusqu'au Rassemblement du peuple de Guinée, en 1988. C'est sous les couleurs de ce dernier qu' Alpha Condé milite aujourd'hui, avec la même vigueur, et probablement quelques solides habitudes héritées de la clandestinité et de l'exil…
Le Guinéen enseigne aussi pendant de longues années les Sciences politiques, en particulier à la faculté de la Sorbonne ; durant son long séjour en France, il croise nombre d'hommes politiques français, de tous bords, et à droite comme à gauche noue de solides amitiés : on citera Bernard Kouchner et Pierre André Wiltzer, connus sur les bancs de l'école, Jean-François Cot ou l'UDF André Santini. Il fut aussi promotionnaire de François Polge de Combret, ancien secrétaire général de l’Elysée sous Giscard d’Estaing, Marie Michelle Alliot, actuel ministre de la défense entre autre. Son passage, dans les années 80, dans la société de négoce international Sucres et Denrées, lui permet d'élargir son réseau de relation aux hommes d'affaires, et il fréquente plusieurs chefs d'État.
Si bien qu'à son retour en Guinée, en 1991, à la faveur d'une timide démocratisation, il apparaît aux autorités comme un adversaire dangereux, qu'on accusera régulièrement d'utiliser ses relais à l'étranger pour tenter de déstabiliser le pays. Alpha Condé est aussi victime du saisissant clivage qui oppose, aujourd'hui encore, les Guinéens de "l'intérieur", restés au pays, et leurs concitoyens de l'extérieur, revenus avec une expérience, une culture ou des convictions politiques ou économiques, et pour tout dire une "mentalité" fort contrastées.
C'est donc le début d'une longue guérilla politique avec le pouvoir, dans un climat très peu sécurisé. A plusieurs reprises, Alpha Condé craint pour sa vie, et l'on se rappelle comment, à l'époque, il se réfugie à l'ambassade du Sénégal à Conakry, y reste 45 jours, avant d'être évacué par l'avion personnel d'Abdou Diouf… Ses résultats aux présidentielles de 1993 et 1998 ont confirmé, malgré des chiffres contestés par l'opposition, sa forte implantation, en particulier dans la région de Haute Guinée, sa région d'origine. Ce qui n'empêche pas, au contraire, Alpha Condé d'être toujours considéré par ses adversaires comme un trublion à hauts risques, dont le nom est régulièrement associé à toute crise menaçante pour le pouvoir: ce sera le cas de la mutinerie militaire de 1996.
L'homme est volubile et chaleureux, longtemps pénalisé par son caractère impulsif, c'est un orateur habile, qu'on dit parfois populiste, et qui bien sûr ne mâche pas ses mots pour dénoncer l'absence d'État de droit en Guinée. Il illustre surtout, même s'il a pu commettre des erreurs stratégiques dans sa carrière, la difficulté de mener un combat politique normal dans un pays, la Guinée, qui est désormais une singularité en Afrique de l'ouest.

THIERRY PERRET
Commentaire sur RFI

Aujourd'hui sont déjà 1 visiteurs (15 hits) Ici!
Ce site web est crée gratuit avec Ma-page.fr . Est-ce que tu veux avoir ton propre site web?
Inscris-toi gratuitement